En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Ecole au cinéma, 6°

Les 6°3 font leur festival

Par VALERIE VERVAECKE, publié le mardi 4 juin 2019 13:37 - Mis à jour le mardi 4 juin 2019 13:37
002174.jpg
Les 6e sont allés voir ce film le lundi 27 mai et les 6e3 ont joué, comme au festival de Cannes, aux journalistes critiques de cinéma ! Ils vous proposent quelques articles critiques sur Iqbal l'enfant qui n'avait pas peur.

   Iqbal raconte l'esclavage des enfants exploités et maltraités au Pakistan dans l'industrie du tissage. On a aimé l'histoire de Iqbal : comment les enfants étaient maltraités, les policiers qui l'enlèvent et sont corrompus, quand les enfants sont sortis pour nourrir Iqbal dans sa cellule, quand le bandit l'a trompé avec les chewing-gums et surtout quand Iqbal a déchiré son tapis qui valait une fortune devant les acheteurs ! On a beaucoup aimé aussi le personnage de la chèvre qui saute sur le bandit, et quand elle arrive à la fin et qu'elle crie en voyant les poulets pendus. 

On a moins aimé le discours à la fin ; la mort d'Iqbal annoncée dans l'épilogue et les dessins.                                                                                                                                    LUKAS & AXEL

 

     Le film était bien, malgré les mystères qui ne sont pas expliqués comme : dans quel pays se passe l'histoire ? Comment est mort Iqbal ? Qui l'a tué et pourquoi ? Mon moment préféré est celui où la chèvre met un coup de tête dans les côtes de Guzman ! On apprend que le personnage principal est mort à 12 ans dans l'épilogue ; c'est donc une histoire vraie et très triste.                                                                                                                                   MERLIN

 

     Le film raconte beaucoup de choses comme : l'esclavage, la maltraitance et l'exploitation des enfants dans l'industrie du tissage ; la famille d'Iqbal est pauvre et sans le père, qui part souvent à l'étranger pour son travail, il peut tout arriver à la famille qui n'est pas protégée.

    Il y a eu des moments qui étaient un peu drôles même si on parlait de choses tragiques comme des enlèvements d'enfants.                                                                               BASTIEN

 

    Iqbal nous montre la maltraitance des enfants qui doivent travailler sans avoir beaucoup à manger et à boire ; ils n'ont pas de soins et sont pauvres. Je critique la police corrompue qui n'enquête pas sur la disparition des enfants et qui laisse faire les esclavagistes. Je mets 3 *** sur 4 à ce film parce qu'il montre bien les différences entre certains pays d'Orient et ici pour les droits des enfants.                                                                                           CLEMENT