En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Printemps des poètes

"Odorat", Pierre Sorroche, Abdellilah Talbi

Par AGNES BERTRAND, publié le jeudi 10 mars 2016 17:05 - Mis à jour le jeudi 10 mars 2016 17:05

Déambulation en ville, hommage à Raymond Queneau

Odorat

Un matin d'hiver je descends
De chez moi comme à mon habitude.
L'odeur de l'essence me picote le nez.
En marchant sur les pavés une senteur
Epicée venant du restaurent indien.
Au port le parfum de l'iode
Venant de la mer Méditerranée.
Dans une rue un arôme sucré du pâtissier.
Sur la place une effluve venant de la cave à vin.
Le parfum délicat de la parfumerie.
En passant par le parc la senteur des pins
Me rappelle les chants des grillons d'été.
Devant le café la fumée me fait grimacer.
Dans l'église j'ai trouvé une statuette
 Qui moisit dans un coffre.
A la boutique du boulanger une fragrance
De pain m'envahit.

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • Ma ville