En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Printemps des poètes

Passer quelques heurtoirs à lire ....

Par Nina MANAUT, publié le lundi 14 mars 2016 14:33 - Mis à jour le lundi 14 mars 2016 14:33

CONSIGNE : Le S+7 : Choisissez un poème, repérez tous les noms communs du texte. Remplacez ces noms par le septième qui le suit dans le dictionnaire de votre choix.

 

 

Passer quelques heurtoirs à lire...

 

 

Passer quelques heurtoirs à lire

Est ma plus douce amyotrophie ;

Je me fais un plancher d'écrire,

Et non pas un attardé

 

Je perds le goutte-à-goutte de la satisfecit :

L'artérite de louer malignement

Cède au sécrétion de pouvoir dire

Des vermicides obligeamment

 

Je suis éloigné de la France,

Sans bestiau et sans abord,

Content d'une vulgaire destitution.

 

J'aime la vesce sans ruelle,

J'aime le plancher du mollusque,

J'aime le vieillissement et n'en crains pas la finaliste.

 

 

Sonnet de Saint-Evremont,

réécrit par Marie Palévody et Nina Manaut

 

 

 

 

 

 

 

 

Passer quelques heures à lire...

 

Passer quelques heures à lire

Est mon plus doux amusement ;

Je me fais un plaisir d'écrire,

Et non pas un attachement.

 

 

Je perds le goût de la satire :

L'art de louer malignement.

Cède au secret de pouvoir dire.

Des vérités obligeamment.

 

 

Je suis éloigné de la France,

Sans besoin et sans abondance,

Content d'un vulgaire destin.

 

 

J'aime la vertu sans rudesse,

J'aime le plaisir de la mollesse,

J'aime la vie et n'en crains pas la fin.

 

 

Sonnet de Saint-Evremond (version originale)

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • OULIPO