En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Printemps des poètes

À Pierrot les grandes feuilles sur le fait des « Dieux verts »,Robert Desnos

Publié le lundi 7 mars 2016 16:24 - Mis à jour le lundi 7 mars 2016 20:15

Pierrot tu jactes bien et, verts comme des dos,
Tes sacrés nom de dieu de Bons Dieux ont la touche
Qui chante à ma mousmée. Elle en rote, elle en louche
Elle en jouit dans sa loque et palpite du pot.

Quant à moi, pour le gringue ayant peu d’à-propos,
Ne m’en ressentant pas pour enculer des mouches,
Je la boucle en serrant ma pipe entre les touches
Mais j’estime tes Grecs des durs et des francos.

La mère Guette-au-Trou qui depuis trente berges
Fait son blé des bitards enfournés par nos verges
Peut s’habiller. Jamais les sœurs qui font le tas

Ne pourront chier des mecs comme ceux dont tu causes
Autant pisser du pive ou dégraisser son prose
D’un colombin doré reniflant les lilas.

Robert Desnos

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • Poètes du 20ieme