En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Printemps des poètes 2014

Varsovie

Par VALERIE VERVAECKE, publié le mardi 25 février 2014 20:36 - Mis à jour le mardi 25 février 2014 21:39

Mon pays magnifique illumine mon satellite

Même moi, je me suis créé des instants magiques

Ce monde gigantesque, un peu inhospitalier

Mais qui a beaucoup de peine.

Mon pays encaisse la fumée

Qu'on lui met

Dans la trachée

Il voudrait respirer

Il ne trouve pas la liberté.

La pauvreté n'a fait que s'aggraver,

Il est fatigué, il se voit encombré

Dans la misère qu'on lui a délaissée.

Malgré son aspect physique, il peut être magique

Au regard de la nuit

On peut savoir qu'il est paisible.

Triste quand il s'agit de voir ce peuple chaotique,

Cracovie est anarchique,

Varsovie s'est évanouie,

Laissant ce pays qui s'affaiblit.

Les couleurs sont les douleurs mais il n'y a pas de rancoeurs,

Acide et agressive, c'est souvent dramatique de voir son pays en ruines.

Ces villes sont agressives et mon pays a trop de haine

Mais je l'aime quand même.

La Pologne est un rêve, malgré sa haine,

Les polonais oublient leurs peines grâce à la bouteille

Ils feront la fête jusqu'à ce que le soleil se lève,

En pensant à leur pays qui n'a plus de règles.

                                                                                                         Arthur Z.

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • Les poèmes de la ville