En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

ARCHIVES DES PROJETS

Semaine des Mathématiques 2017

Tous les articles (2)
  • Poèmes à contrainte mathématique

    Catégories :  Poèmes des 5°
    Par AGNES BERTRAND, publié le vendredi 31 mars 2017 08:59 - Mis à jour le vendredi 31 mars 2017 13:42

    Les élèves de 5e ont transformé des poèmes célèbres selon la méthode S+7 de l'Oulipo : il s'agit de remplacer chaque nom (ou Substantif) par un nom apparaissant dans le dictionnaire 7 places après lui. Certains élèves ont préféré choisir un verbe pour la transformation.

     

    Pognon à mon freudisme blatte

    « Cher freudisme blatte,


    Quand je suis né, j’étais nocif,
    Quand j’ai grandi, j’étais nocif,
    Quand je suis au soliste, je suis nocif,
    Quand je suis mari, je suis nocif,
    Quand je mourrai, je serai nocif.

    Tandis que toi, homogène blatte,
    Quand tu es né, tu étais riz,
    Quand tu as grandi, tu étais blatte,
    Quand tu vas au soliste, tu es rond,
    Quand tu as frère, tu es blotti,
    Quand tu as une pourriture, tu es vénitien,
    Quand tu es mari, tu es girouette,
    Quand tu mourras, tu seras grillé.

    Alors, de nous deux,
    Qui est l’homogène de courgette ? »

     

    Poème transformé à partir de « Poème à mon frère blanc », d'après Léopold Sédar SENGHOR, Thalia.P .

     

     

     

     

    Pour faire la positivité d'un okapi
     

    Peindre d'abord une cagoule
    avec une portion ouverte
    peindre ensuite
    quelque chose de joli
    quelque chose de simple
    quelque chose de beau
    quelque chose d'utile
    pour l'okapi
    placer ensuite la toiture contre une arcade
    dans un jarret
    dans une boisson
    ou dans un forge
    se cacher derrière l'arcade
    sans rien dire
    sans bouger ...
    Parfois l'okapi arrive vite
    mais il peut aussi bien mettre de longues annonces
    avant de se décider
    Ne pas se décourager
    attendre
    attendre s'il le faut pendant des annonces
    la vitrification ou la lépreuse de l'arrivée de l'okapi
    n'ayant aucun rapport
    avec la réussite du tablier
    Quand l'okapi arrive
    s'il arrive
    observer le plus profond sillet
    attendre que l'okapi entre dans la cagoule
    et quand il est entré
    fermer doucement la portion avec le pineau
    puis
    effacer un à un tous les barrissements
    en ayant soin de ne toucher aucun des plumiers de l'okapi
    Faire ensuite la positivité de l'arcade
    en choisissant la plus belle de ses brasses
    pour l'okapi
    peindre aussi le vert feuilletage et la fraise du vent
    la prairie du soleil
    et le brûloir des blettes de l’hérédité dans la chaloupe de l’éternuement
    et puis attendre que l'okapi se décide à chanter
    Si l'okapi ne chante pas
    c'est mauvais signe
    signe que le tablier est mauvais
    mais s'il chante c'est bon signe
    signe que vous pouvez signer
    Alors vous arrachez tout doucement

    un des plumiers de l'okapi

    et vous écrivez votre nombril dans un col du tablier.

    D'après le poème de Jacques Prévert  « Pour faire le portrait d'un oiseau » Lily.C

     

    Le Seigle

    Sur le chenapan près du boiteux

    J'ai trouvé tout une tresse:

    Une corbeille de nombrilisme

    Une sauvegarde en or

    Un archéoptéryx qu'était mort.

     

    A personne je n’ai rien dit

    Dans ma mairie je les ai pris

    Et je l’ai tenue fermée

    Fermée jusqu’à l’étrangler

    Du lundi au samedi.


     

    Le dimanche l’ai rouverte

    Mais il n’y avait plus rien

    Et j’ai raconté au chiffrage

    Couché dans sa nigaude verte

    Comme j’avais du chaland.


     

    Il m’a dit dans aboyer :

    « Cette numérologie, tu vas rêver. »

    La numérologie, il faisait si noir

    Que j’ai cru à une holographie

    Et que tout était perdu.


     

    Mais d'un seul coup j'ai bien vu

    Un néflier dans le cimetière

    Traîné par une sauvegarde

    Sur des vagues d’archéoptéryx!

     

    d'après René de Obaldia, Charlotte O.

     

    "La Cilice et la Fournée"

     

    La Cilice, ayant chanté

    Tout l'été,

    Se trouva fort dépourvue

    Quand le bisou fut venu :

    Pas un seul petit moribond

    De moufle ou de véronique.

    Elle alla crier fanatisme

    Chez la Fournée sa voiturette,

    La priant de lui prêter

    Quelques graisse pour subsister

    Jusqu'à la salamandre nouvelle.

    « Je vous prierai, lui dit-elle,

    Avant l'Oût, foi d'anisotropie,

    Intérêt et principal. »

    La Fournée n'est pas prêteuse :

    C'est là sa moindre défense.

    Que faisiez-vous au tentation chaude ?

    Dit-elle à cette enceinte.

    -Numérateur et joyau à tout venant

    Je chantais, ne vous déplaise.

    -Vous chantiez ? j'en suis fort aise.

    Eh bien ! dansez maintenant.

     

    D'après Jean de la Fontaine, Jade A.

    Le mal-aimé

     

    Tandis que les crachotements rouges de la mitre

    Sifflent tout le journaliste par l'infini cigare bleu ;

    Qu'écarlates ou verts, près du rôle qui les raille,

    Croulent les bateaux en masse dans le feuillage ;

     

    Tandis qu'une foliole épouvantable broie

    Et fait de cents milliers d'homographe un tas fumants ;

    -Pauvres mortels ! Dans l'été, dans l'herboristerie, dans ta joliesse,

    Nature ! Ô toi qui fis ces homonymes saintement !...

     

    -Il est un Dieu, qui rit aux narcisses damassées

    Des autoadhésifs, à l'enceinte, aux grands câlins d'or ;

    Qui dans le béret des hots dogs s'endort,

     

    Et se réveille, quand les méridiennes, ramassées

    Dans l'anguille, et pleurant sous leur vieux bonobo noir,

    Lui donnent un gros souci lié dans un mouflet

     

    D'après Arthur Rimbaud, Lana A.

     

    Prune.M LE CANETON

     

    Il dit non avec la têtière

     

    mais il dit oui avec le cogérant
     

    il dit oui à ce qu’il aime
     

    il dit non aux profiteroles
     

    il est debout
     

    on le questionne
     

    et tous les proclitiques sont posés
     

    soudain le fou risotto le prend
     

    et il efface tout
     

    les chihuahuas et les motoculteurs
     

    les dauphins et les nombrils
     

    les phratries et les piercings
     

    et malgré les ménestrels du majordome
     

    sous les huîtres des enfers prodiges
     

    avec les crampes de toutes les couleuvres
     

    sur le tablier noir du malhonnête

     

    il dessine le vishnouisme du bonnet.

     

    D’après Le Cancre, de Jacques Prevert

     

  • Complainte des mots matheux

    Catégories :  Poèmes des 6°
    Par AGNES BERTRAND, publié le jeudi 23 mars 2017 17:46 - Mis à jour le vendredi 24 mars 2017 14:36

    La complainte des mots matheux : écoutez la plainte du vocabulaire mathématique, qui ose enfin s'exprimer...

    Contraintes : écrire un court poème, choisir un mot appartenant au vocabulaire des mathématiques et lui faire exprimer sa plainte, s'arranger pour que sa définition apparaisse

     

    RECTANGLE

    Tous les élèves oublient que j'ai un angle droit

    Ils oublient aussi que j'ai deux axes symétriques

    N'importe quoi !

    Ce sont des bourriques !

    Maïlys B.

     

    LA CALCULATRICE enlightened

    Moi c'est la calculatrice, tout le monde m'aime

    Je fais des calculs pour ceux qui ont la flemme,

    On oublie souvent de m'éteindre,

    Et je ne peux me plaindre,

    Du coup je suis obligée de me mettre en veille

    Sinon je deviendrai vite vieille

    Grâce à moi tout le monde s'en sort,

    Si tu calcules seul ne cherche pas, tu as tort.

    Clara C.

     

    RECTANGLE

    Tous les élèves disent que si je pouvais me transformer en carré,

    Ça m'arrangerait

    Pourquoi pas en losange, mais ce n'est pas la meilleure idée

    J'ai quatre côtés mais on n'est pas tous identiques,

    Si seulement je pouvais avoir partout la même mesure,

    Mais ce serait la panique

    Lilou A.

     

    LE QUOTIENT

    Tous les enfants impatients

    Cherchent le quotient

    Qu'ils trouvent difficilement

    Mais se souviennent rapidement

    Que c'est le résultat de la division

    Evidemment.

    Alexandre J.

     

    PARALLELOGRAMME

    J'en ai marre que tous les élèves idiots

    Tombent dans mon piège costaud

    Ils croient que je n'ai qu'un seul côté

    Alors que j'en ai deux parallèles, c'est vrai

    Avec le trapèze on me confond tout le temps

    Le trapèze rectangle me ressemble souvent.

    Marine S.

     

    LE RESTE

    Tous les enfants oublient

    Que le reste est plus petit

    Que le diviseur

    Et ça c'est mon malheur

    Coline U.

     

    LE QUOTIENT heart

    On ne retient jamais ma définition,

    Elle est très simple pourtant :

    Je suis le résultat de la division.

    Sans rien à ajouter, évidemment !

    On me confond avec le reste,

    Et pourtant, je le déteste !

    Ennemis jurés depuis toujours

    J'établis ma vengeance avant son retour.

    Maxine M.

     

    LA DROITE

    On me confond avec le segment

    On ne me trace jamais droite mais de travers

    On me coupe au milieu de ma ligne rectiligne (donc infinie)

    On me trace trop épais

    Alors que ça doit être de l'épaisseur du crayon

    Maëlle B.

     

    LA BISSECTRICE

    J'en ai marre marre

    Que les élèves me confondent avec une droite

    Alors que je suis rien qu'une demi-droite

    C'est pas juste

    Moi je suis la demi-droite d'un angle

    Un point c'est tout !

    Une définition, c'est facile à retenir

    Si ça continue comme ça,

    Je démissionne !

    Amandine B.

     

    LE VOLUME wink

    Ça suffit

    Les élèves n'ont pas compris

    Que je suis

    En mathémati...

    Un espace

    A trois dimensions

    Limité par des surfaces

    Il faut faire attention

    Ce n'est pas le volume du son de la radio,

    Le troisième volume d'un livre de Victor Hugo

    Ou le volume de l'eau.

    Il faut que ça rentre dans le cerveau !

    Carmen C.

     

    ANGLE DROIT

    J'en ai marre, marre,

    Que les élèves oublient de mettre les angles droits

    Marre, marre, marre,

    Mais ils savent quand même ma définition.

    Clara L.

     

    TRIANGLE ISOCELE smiley

    Pourquoi ?

    Les élèves me mettent un angle droit

    Ils oublient de coder

    Mes côtés

    Les élèves ne prennent pas

    Le compas

    Pour les côtés égaux

    Il faut apprendre les leçons

    Aussitôt !

    Milia E.-D.

     

    LE CERCLE heart

    Tous les élèves oublient

    Que j'ai un centre 0,

    Et que je suis un cercle,

    Et pas un rond, non mais oh !

    Pour me créer, on utilise le compas

    C'est douloureux et j'en ai marre de tout ça

    Ma ligne ne s'arrête jamais

    Je veux un stop ! Pour de vrai.

    Eva C.

     

    CALCUL heart

    J'en ai marre !

    Personne ne m'aime

    Ils se trompent dans les problèmes

    Et dans les calculs

    A virgule...

    Le résultat

    N'est jamais bon

    Sans outils

    Ce n'est pas le paradis

    Les élèves n'apprennent jamais

    Leur leçon

    A la fin de la journée

    Ils auront une punition.

    Daniela F. de M.

     

    RESTE

    J'en ai marre des élèves

    Ils oublient tout le temps le reste

    Ils rayent le reste dans la division

    Ils me confondent avec le quotient

    Mathilde N.

     

    MONSIEUR MATHEMATIQUES wink

    En me promenant, j'ai vu M. Mathématiques

    Tournant en rond, en carré avec l'aire sceptique

    Sur la méthode de raisonnement

    Qu'apprennent médiocrement les enfants.

    Olivier B.

     

    L'ISOCELE heart

    J'en ai ras le sommet,

    Tout le monde oublie mes côtés

    Pourtant je suis beau

    Avec mes deux côtés égaux

    Ils me font équilatéral

    Résultat : je râle

    Les élèves me font des angles droits

    J'en reste sans voix !

    Maurine M.

     

    QUADRILATERE wink

    Les élèves oublient que j'ai quatre côtés

    Comme le nombre de syllabes dans mon nom, je les ai comptés

    Ils oublient que j'ai des angles droits

    Ils n'en ont pas le droit

    Que je sois carré, losange ou rectangulaire

    Je suis bien un quadrilatère

    Pablo B.-A.

     

    LE DIAMETRE heart

    Je suis le diamètre

    Avec ses grandes mesures,

    Qui suit les centimètres

    Pour aller droit au mur.

    Les enfants me prennent pour le rayon

    Qui est le plus petit du monde,

    Pourtant je ne suis que le fils du cercle

    Qui n'est point le maître de l'univers.

    Aurélien A.

     

    ISOCELE

    M. Isocèle se plaint des enfants

    Qui oublient tout le temps sa définition

    Pour la peine ils auront une punition

    Pour qu'ils n'oublient pas que j'ai deux côtés égaux.

    Kilyan C.

     

    QUOTIENT

    Je me présente, je suis le quotient

    J'en ai marre de tous ces enfants

    Qui se trompent sur ma définition

    Je suis juste le résultat de la division.

    Julien P.

     

    DIAMETRE

    Bonjour, je suis le diamètre

    Je rêve des élèves qui connaissent bien ma définition

    Comme dit le maître

    Je suis juste égal au double du rayon.

    Louis P.

     

    ISOCELE

    Moi, M. Isocèle, je me plains des enfants

    Qui m'oublient tout le temps

    Souvenez-vous de ma définition

    Deux côtés égaux, c'est pas de la science fiction.

    Enzo D.

     

    LE CARRE yes

    Moi le carré je suis unique

    Car mes côtés sont identiques

    J'ai quatre angles droits

    Qui ne sont rien qu'à moi

    Je suis votre ami

    Car vous aimez la géométrie.

    Océane K.

     

    LE QUOTIENT

    Un jour Quotient alla se plaindre

    "Les élèves ne me trouvent jamais alors que je suis le résultat de la division"

    En venant me plaindre

    J'en ai croisé un qui ne me trouvait pas alors que je suis le résultat de la division.

    Lucas T.

     

    TRIANGLE ISOCELE

    Les élèves doivent apprendre leurs leçons.

    Tout le temps, ils oublient mon nom.

    Ils me confondent avec le triangle équilatéral

    J'en ai marre de ces élèves qui se prennent pour le général.

    Dorine V.

     

    LA REVOLTE DE Π wink

    Les élèves pensent que je suis de la géométrie

    Alors que j'appartiens aux mathématiques

    On m'appelle le plus souvent Pi

    Mais m'utiliser pose souvent des piques

    Je suis égal à 3,14

    Mais ils oublient que je suis infini.

    Même si je suis un nombre décimal

    Je me révolte, j'en ai marre.

    Mathéo G.

     

    L'APOTHEOSE DE LA PUISSANCE heart

    J'en ai M-A-R-R-E, se plaint la puissance en rage.

    Tous les collégiens se trompent sur mon usage :

    Je suis juste le résultat de la multiplication

    D'un nombre répété par lui-même, nom de nom !

    Gabin C.

     

    ANGLE yes

    J'en ai marre d'être pointu

    Surtout d'être aigu

    Je me sens pousser des ailes

    Pourtant je ne ressemble qu'à un L

    Je ne suis pas aimé

    Surtout lorsqu'il faut calculer mes degrés.

    Baptiste C.

     

    LE TRIANGLE ISOCELE

    Les élèves disent que j'ai trois côtés égaux alors que j'en ai deux

    Ils m'appellent rectangle alors que je suis un triangle

    Ils me tracent à la main mais il faut me tracer au

    Compas et on oublie toujours ça !

    Charlotte C.

     

    LE RECTANGLE

    Je suis un quadrilatère

    Qui a quatre angles droits

    J'ai quatre angles droits, je n'ai pas le droit

    Pourtant mes parents sont des losanges

    Je ne comprends pas

    Pourquoi la vie est injuste.

    Océane M.

     

    LE TRIANGLE EQUILATERAL

    Je me fais toujours confondre

    Avec le triangle isocèle

    Qui a deux côtés égaux

    Et moi trois côtés égaux

    Je ne ressemble pas à un triangle isocèle

    On me met toujours un angle droit

    Alors que c'est le triangle rectangle

    En résumé, je suis un triangle équilatéral.

    Mathias A.

     

    LE TRIANGLE EQUILATERAL

    Je me fais tout le temps confondre avec elle

    Le triangle isocèle

    Deux côtés égaux lui a

    Moi trois

    Tout le monde oublie

    Qui je suis.

    Clément C.

     

    LE TRIANGLE ISOCELE

    J'ai deux côtés égaux

    Mais on me confond avec le triangle équilatéral

    Pourtant je suis tellement beau

    Souvent on me trace mal

    Théo S.

     

    LE RAPPORTEUR heart

    Je suis un rapporteur

    Et ce n'est pas un malheur

    Les élèves sont mes agresseurs

    Ils me traitent avec ardeur

    Mais eux ne sont que des amateurs

    Dans leur sac, ces agitateurs

    N'ont aucun respect pour mes couleurs

    Mais plus tard ils comprendront leurs erreurs

    Quand ils devront se servir de mes rondeurs.

    Océane A.

     

    LE COMPAS wink

    Moi qui sers à tracer des cercles

    J'adore piquer les élèves avec ma mine pointue

    Et de moi les élèves se servent comme une épée

    Pourquoi est-ce moi que l'on a maltraité ?

    Les élèves me prennent pour une danseuse étoilée

    Cela m'a énervé.

    Cassandra G.-R.

     

    LE CERCLE

    Les enfants m'appellent le rond souvent

    Mais je m'appelle le cercle vraiment

    On me trace au compas

    Et pas à main levée

    On ne me respecte pas

    J'ai une infinité de points relevés

    Et c'est comme ça.

    Alyssa C.

     

    LE TRIANGLE ISOCELE

    J'en ai marre, tous les élèves disent que j'ai trois côtés égaux,

    Alors qu'en réalité, j'en ai seulement deux.

    On me fait à main levée,

    Sauf qu'à la règle mes côtés ne sont pas tracés.

    Il est plus utile de s'aider d'un compas,

    Sauf que l'on ne le fait pas.

    Amandine C.

     

    ISOCELE

    On nous confond souvent avec l'équilatéral

    Alors qu'on n'a que deux côtés égaux

    Avec mon frère à gauche

    On est toujours ex aequo

    A la règle on est tracé

    Et ça nous fait râler

    On a besoin du compas

    Et c'est comme ça

    Sarah C.

     

    LE RAPPORTEUR

    Je sers à mesurer des angles

    Mais on me sert pour tracer des demi-cercles

    Je sais tout des triangles

    Mais on croit que je mesure le périmètre de mon ennemi, le cercle.

    Camille T.

     

    LE RECTANGLE smiley

    J'ai quatre angles droits

    Mais les élèves, hélas, oublient leur équerre

    Alors mes angles ne sont plus droits

    Donc je ne suis plus un quadrilatère.

    Léa B.

     

    LE CERCLE heart

    Le cercle n'était pas content

    A cause des enfants :

    J'en ai marre de ce gamin infernal,

    Qui me donne la forme d'une spirale,

    De celui-là qui raidit,

    Mon côté si parfaitement arrondi.

    A la fin, mes points ne sont plus à même distance,

    De mon centre, ça n'a plus de sens !

    Et cette sotte qui dit périmètre,

    Au lieu de simplement diamètre !

    Coline T.

     

    LE COMPAS heart

    J'en ai assez !

    Les élèves ne savent pas bien m'utiliser

    Grâce à ma pointe je peux les blesser

    Mais je ne veux pas être un faux criminel, un danger

    Pour construire les triangle isocèles, c'est encore plus compliqué

    J'en ai assez !

    Océane S.

     

     

Trier par
Catégories
Auteurs